R.D. Congo

Notizie

Alors que l’Eglise toute entière a célébré la Conversion de Saint Paul apôtre, qui a coïncidé avec la clôture de la Semaine de prière pour l’unité des chrétiens, la Famille Paulinienne du Congo s’est réunie ce Vendredi 25 Janvier 2019 à 6h00 dans la chapelle Saint Paul de Kinshasa/Limete pour célébrer dans la joie, en cette même circonstance, l’ouverture officielle de l’Année Vocationnelle. En effet, c’est sur demande des gouvernements généraux de la Famille Paulienne que cette année 2019-2020 est dédiée à la vocation, en continuité avec le Synode des évêques sur la jeunesse, la foi et le discernement vocationnel.

Tout a commencé par le mot de bienvenue de la Sœur Godélive MASTAKI, Supérieure Déléguée des Filles de Saint Paul, suivie de la célébration eucharistique, présidée par le Père Jacques BOSEWA, Supérieur Régional de la Société Saint Paul.

S’inspirant de la vie et des événements qui ont accompagné la conversion de Saint Paul, le célébrant a invité l’assemblée constituée de différentes branches de la Famille Paulienne, à découvrir deux moments importants dans la conversion de Saint Paul caractérisée par la rupture et la continuité. Rupture avec la persécution des chrétiens à laquelle s’était engagé Saul, devenu Paul, au nom de sa fidélité à la Loi et à la Tradition juives ; continuité dans la poursuite de sa vocation qui désormais s’est transformée pour être le grand apôtre des nations. Sous le modèle de Saint Paul apôtre, nous sommes donc invités, en cette année dédiée à la vocation, à raviver les dons que Dieu à donner à chacun de nous, pour consolider à travers un cheminement de sainteté l’unité dans la diversité des dons.

Tout au long de la célébration, nous avons assisté à l’expression parfaite de joie, exprimée à travers les beaux chants exécutés par la chorale constituée en grande partie de la jeunesse paulinienne. Un groupe des pré-postulantes de Filles Saint Paul, vêtues de raphia, s’est même levé pour danser devant l’autel à la manière africaine. C’est fut un moment de joie immense qui a été enfin souligné par la déclaration officielle d’ouverture de l’Année Vocationelle par la Sœur Godélive MASTAKI, fsp et s’est clôturé par la bénédiction finale de l’assemblée.

Le Père Jacques Bosewa, nouvellement nommé supérieur régional de la circonscription Congo, a convoqué l’Assemblée Régionale, la onzième de la série, célébrée à Kinshasa, la capitale de la République Démocratique du Congo. Le 27 participants (15 profès perpétuels et 12 temporaires) seront réunis dans la Salle dédiée au premier paulinien congolais, le frère disciple Emmanuel Pembele, du mardi 11 au dimanche 16 décembre. Le thème choisi: “Communautés d’apôtres-communicateurs. Unis dans la diversité de dons pour la culture de la rencontre”. Représentent le gouvernement général et contribuent à l’animation de l’Assemblée le Père Vito Fracchiolla, vicaire général, et le frère Luigi Bofelli, conseiller général.

Linee programmatiche 2018

ProgrammeParticipants

Communiqué 010203

Le dimanche 30 septembre en la fête de Saint Jérôme, Docteur de l’Eglise, Patron des traducteurs, le Père Patrick NSHOLE, responsable du Centre Biblique Saint Paul pour la Région Congo, a présidé une messe concélébrée par six prêtres pour clôturer le mois de la Bible décrété par la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO en sigle) avec le thème « Être disciple selon les évangiles » dans la grande salle du centre d’études PaCom.

Comme Fils et Filles d’Alberione, les membres de la Famille Paulinienne motivés par les paroles du Fondateur «  la Bible est la lettre de Dieu écrite aux hommes  » ont participé à cette célébration Eucharistique. Un petit rite de vénération de la Bible a précédé la célébration ; ensuite les fidèles, le célébrant et sa suite ont marché en procession suivant la Bible et un cierge allumé vers la grande salle pour la célébration eucharistique proprement dite.

Dans son homélie le célébrant a exhorté les fidèles sur la gratuité des dons de Dieu qui ne doivent pas être des prérogatives personnelles dont on serait jaloux car l’esprit de Dieu souffle où il veut, quand il veut. Revenant sur la deuxième lecture tirée de la lettre de Saint Jacques, il a insisté sur le fait que la richesse n’est pas mauvaise en soi mais devient un péché quand on s’en sert pour brimer les autres. La meilleure attitude du chrétien est d’amasser les richesses dans le royaume des cieux.

Après la célébration Eucharistique une diffusion a été organisée sur les parvis de PaCom pour permettre aux fidèles qui n’ont pas encore des bibles de s’en procurer.

« Un pauvre crie ; le Seigneur entend » (Ps.33, 7). C’est le thème de ce Dimanche 18 novembre 2018. Non seulement le Seigneur entend le cri du pauvre, mais il répond. Le Seigneur tend la main : c’est un geste gratuit, ce n’est pas un dû. C’est ainsi qu’en fait, nous ne sommes pas appelé à faire le bien seulement à celui qui nous aime. Échanger est normal, mais Jésus nous demande d’aller au-delà (Mt 5, 46) : de donner à celui qui ne peut pas rendre, c’est-à-dire d’aimer gratuitement (Lc 6,32-36). La journée mondiale des pauvres se veut une modeste réponse de toute l’Eglise, dispersée dans le monde, une réponse adressée aux pauvres de toutes sortes et de tous lieux, afin que nul ne croie que son cri s’est perdu dans le vide. C’est dans cette même lignée que nous Famille Paulinienne, nous avons organisé une visite de prière, de partage d’amour avec nos frères et sœurs de la prison de Ndolo, une prison de Kinshasa, la capitale de la RD Congo.

La journée a débuté avec une célébration eucharistique, présidée par le Père Patrick NSHOLE, ssp. Nous faisions une belle communauté d’au moins 100 personnes. L’expérience était toute autre du fait que nous nous trouvions au milieu de la cours sous un grand arbre entourés des différentes confessions qui aussi étaient réunies pour le culte. C’était, comme on dit, chacun pour soi. Le Père Patrick nous a nourris avec une belle  homélie que je pourrais résumer en quelques mots. Saint Paul n’a pas cessé d’annoncer l'Évangile même étant en prison. De même nous ne devons cesser d’espérer, de lire la parole de  Dieu, de la partager et de la vivre de notre vie, prisonnier ou non parce que dans le Christ il n’y a ni prisonnier, ni homme libre. Nous sommes tous fils et fille d’un même Père. Nous attendons tous le grand rassemblement dans le Christ Jésus. Son règne nous atteindra de partout où nous nous trouvons. Nous ne devons donc pas perdre espoir cela malgré l’obscurité et les barrières. Après cette célébration on a pu partager le peut des biens que nous apporté (vivres, habits, mais aussi livres et bibles en particulier...), bien plus la joie d’être chrétien.

Je dois vous dire qu’en y allant, moi de manière particulière et tous les autres, étions animés d’une peur d’une part, des démarches sécuritaire au risque d’y rester, et d’autre part de l’inconnu même qu’il faut rencontrer ou de ne rien savoir sur ce qu’il faut dire pour apporter le réconfort. Nous étions dans une sorte d’incertitude mais une curiosité nous stimulait à avancer. Une curiosité derrière laquelle la joie de l’annonce et de la charité nous renforçait. Ce qui est plus rigolo et même renversant, c’est qu’en sortant de la prison on avait aussi peur. Peur de nous être trouvés plus indignes que nos frères en prison. Je dis « frères » parce la force de la rencontre a fait tomber les barrières de l’inconnu et nous étions en face d’une communauté chrétienne organisée et chaleureuse. Cette rencontre nous a fait du bien et cela dans le plus profond de nous-mêmes.

Six nouveaux membres s’ajoutent à la Famille Paulinienne. Il s’agit des novices Christian-Reddy NZASHI, Edouard MUTEBA, Fidèle Nestor KAFUTSHI, Glody TIMPINI DIAKOY de la Société Saint Paul et les demoiselles Joséphine MAKENGA et Yvonne MUSUMBA de l’Institut Sainte Marie de l’Annonciation agrégé à la Société Saint Paul. Ils ont prononcé leurs premiers vœux de religion le dimanche 02 septembre 2018 à Kinshasa.

La grande salle du centre PACOM a servi de cadre à la célébration Eucharistique présidée par le Révérend Père Roberto PONTI, Supérieur Régional et concélébrée par plusieurs prêtres.

A la même occasion sept Juniors de la Société Saint Paul ont renouvelé leurs vœux et deux couples de l’Institut Sainte Famille leur serment.

S’appuyant sur les textes du jour le célébrant à l’homélie a invité ceux qui s’engagent par la profession à ne pas imiter l’attitude des scribes et des pharisiens qui ont le cœur loin des autres mais au contraire à être proche des autres selon la miséricorde et le pardon et à annoncer l’évangile selon l’élan apostolique de Saint Paul et du Bienheureux Jacques ALBERIONE dans la culture de la communication.

Il les a exhorté ensuite à la pureté qui est une disposition du cœur, une aptitude à s’approcher de Dieu et à éviter la dureté du cœur qui est un frein à une conversion continuelle.

Il a clôturé par les mots du Père Valdir DE CASTRO Supérieur Général « il n’y a pas de renouvellement institutionnel ou d’élan apostolique s’il n’y a pas une régénération de chaque personne : et c’est pareillement évident qu’il n’y a pas une telle régénération si on ne construit pas une communication de qualité avec Dieu, les autres, soi-même et avec la création… »

Avant la bénédiction finale, le Père Patrick NSHOLE, coordonnateur de la formation, a lu la lettre du Supérieur Général, ensuite un représentant des néo profès a pris la parole pour le mot de circonstance qui se résume en un merci à Dieu et à l’endroit de tous ceux qui de près ou de loin ont contribué d’une manière ou d’une autre à l’avènement de ce jour béni.

Membres de la Famille Paulinienne, parents, amis, et connaissances étaient venus pour accompagner les heureux du jour.

Dans la soirée, la communauté Jacques ALBERIONE a regroupé les nouveaux profès les membres de la Famille paulinienne, parents et amis pour une réception.

 

Altri articoli...